Le casque Omega de chez Cádomotus est doté – en plus de toutes les caractéristiques spécifiques attendues pour protéger la tête – d’une visière oculaire intégrale. Omega fait à la fois office de casque et de lunettes de protection. Quasiment tous les patineurs portent des lunettes pour éviter les larmes à haute vitesse, tout particulièrement les patineurs sur glace dont les larmes peuvent avoir tendance à geler. Si on porte des lunettes, on les porte pour voir plus de détails. 

Ce modèle Omega et sa visière intégrée offrent un véritable plus.

Conditions spécifiques

En quoi les lunettes de roller sont-elles si particulières ? Elles sont destinées à répondre aux différentes conditions que l’on endure en patinant, alors que la vitesse est élevée et que tout ce qui entoure le patineur défile à une vitesse incroyable. De plus, si l’on patine sur la glace en intérieur, il y a beaucoup d’éclairage et de reflets blanc sur la piste. Lorsque l’on patine en extérieur, on peut également être exposé à une glace éblouissante avec différents reflets qui peuvent nuire à la trajectoire recherchée, notamment si on patine sur de la glace naturelle par un jour nuageux.

 

Un écran polarisé anti-éblouissement

La lumière est pourvue de nombreuses fonctionnalités intéressantes, surtout lorsqu’elle se reflète sur un champ de vision horizontal tel qu’une piste de patinage. Normalement, la lumière se disperse dans toutes les directions, sauf que, dès lors que la lumière est réfléchie par l’eau, la neige ou la glace, elle se déplace le long d’un axe. C’est ce qu’on appelle la polarisation. Demandez à n’importe quel patineur qui aurait été exposé à ce phénomène, il vous répondra que les effets de la lumière sur les yeux peuvent être violents. Un verre polarisant vertical, comme le verre Aero Speed Skyfall, lequel est disponible avec le casque Omega, filtre cette lumière agressive grâce au système Bleu Revo.  

La verres Bleu Revo

Le système Bleu Revo est comparable à celui utilisé sur les verres Ice Iridium de chez Oakley. Le Bleu Revo est utilisé par Cádomotus sur les verres Skyfall. Skyfall (modèle « crépuscule ») est l’une des trois visières qui se fixent magnétiquement, utilisée par Cádomotus sur ses casques. Le Bleu Revo est une surface composée d’un métal spécial d’oxyde qui offre au verre des propriétés spécifiques qui varient selon le contexte dans lequel ils sont utilisés. Cette surface n’a par ailleurs pas vocation à se limiter au filtrage des effets éblouissants de la lumière mais elle offre en plus à son utilisateur une meilleure qualité en termes de contraste.

Contraste élevé

Ces verres offrent plus de contraste dans des conditions de lumière très blanche comme sur des anneaux de glace indoor ou encore en cas de vitesse particulièrement élevée. C’est l’un des apports du système Bleu Revo. Ils protègent en particulier de tout éblouissement ou éclat. Ils contribuent à un focus optimal. C’est justement ce focus qui offre aux yeux du repos et un confort qui permet d’optimiser le champ de vision lorsque l’on patine en repoussant ses limites.

Les verres Skyfall (dit verres « crépuscule »)

Ces verres sont parfaits pour les patineurs car les filtres polarisants reflètent la lumière de la glace, de telle sorte qu’aucun aveuglement n’est possible. Ils augmentent par ailleurs le contraste des couleurs à vitesse élevée, ce qui permet aux yeux de garder un focus net. Il est très facile de voir en quoi ces verres sont faits pour gagner.

Les verres Aero Speed disponibles

Le casque Omega de chez Cádomotus pour les patineurs de vitesse est conçu avec les verres Aero Speed. Leur ajustement précis suit les lignes aérodynamiques de la posture et de la forme du patin. Les visières oculaires s'accrochent magnétiquement au casque. Elles sont fixées autour du front. En plus de la vision claire qu’elles offrent, elles sont très facilement interchangeables et peuvent même tout simplement être retirées.

Les options disponibles:

  1. SkyNight – Nuit : un verre neutre, clair
  2. Skyfall – Nuit tombante – crépuscule : un verre jaune pourvu de la surface Bleu Revo pour un meilleur contraste et une diminution de l’éblouissement. Utilisable sur des pistes indoor, en présence de lumière blanche ou en cas de brume.
  3. Skylight – Lumière du jour. Un verre avec une teinte gris foncé pour un contraste plus faible et une protection oculaire optimale en cas de forte luminosité.

Verres courbés – les risques et les solutions

Ce n’est jamais une bonne idée d’acheter des lunettes de soleil bon marché. Si vous avez déjà eu l’occasion de porter de telles lunettes, vous avez certainement pu constater sans difficulté que quelque chose ne tournait pas rond, ou vous avez peut-être même été confronté à des maux de tête. De mauvais verres portent atteinte à la vue et aux yeux. Les objets ne se trouvent pas là où ils devraient et les yeux cherchent constamment à compenser les lacunes des verres pour s’adapter à des verres eux-mêmes inadaptés. Ça vous parle ?

Les lunettes peuvent-elles tromper ? Un peu d’histoire… 

C’est au XIIIème siècle que les premières lunettes ont été fabriquées : des pierres littéralement polies, des boules de verre ou même de l’eau. L’idée était simple : le verre était centré et placé en position verticale face à l’œil. C’était facile à fabriquer.

En fait,  les verres de lunettes sont relativement plats, avec une légère courbe verticale centrée et située face à l’œil. Cela ne pose aucune difficulté jusqu’à ce que différentes formes de verres voient le jour, comme c’est le cas en patinage de vitesse – sport dans lequel les lunettes devraient suivre la forme de la tête pour la simple et bonne raison que le patineur recherche un maximum d’aérodynamisme.

Dans les années 1980, les fabricants concevaient des verres de différentes formes. Le verre arrondi et courbé est alors devenu populaire surtout car les athlètes ont très vite apprécié leurs avantages avec ce système d’enveloppement. Le verre autour de la tête a été perçu comme plus aérodynamique, le vent a été canalisé autour de l'œil et des améliorations visuelles ont été réalisées, ce qui s’avère en fait crucial peu importe le sport. Cela dit, d'autres problèmes sont apparus.

Les lunettes rondes escamotent la lumière

Lorsque la lumière atteint les yeux de façon déformée et courbe, on commence à perdre ses repères et à avoir une perception erronée de la réalité. Cela arrive car la lumière est détournée de sa trajectoire normale à travers le verre courbe, ce qui change la perception de là où se trouvent réellement les choses dans le champ de vision. (Pensez à l’avertissement qui intervient sur votre rétroviseur de voiture). Avec des lunettes sur la tête, cette sensation est démultipliée. On a alors l’impression qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Cela peut provoquer une fatigue oculaire, des maux de tête, voire même des collisions ! Vous pouvez facilement tester si vous avez de telles lunettes : il suffit de regarder un objet avec et sans les lunettes en observant si l’image à travers le verre est déformée.

Parfois, cela fonctionne : ce type de lunettes avec prisme peut convenir. Mais cela est rare.

La forme médiocre du prisme est celle que l’on retrouve dans les lunettes bon marché. Les verres courbés et qui déforment la lumière contraignent les yeux à réaliser des efforts pour se concentrer et assurer le reflet le plus fidèle à la réalité, y compris dans de bonnes conditions météorologiques. Si les yeux, de façon générale, sont plutôt doués pour faire ce travail d’ajustement et de corrections pour présenter au cerveau une image nette, cela provoque – et cela a été démontré scientifiquement – de la fatigue oculaire, des maux de tête, voire même dans certains cas un endommagement de la vue en cas d’utilisation prolongée.

L’effet boomerang des ondes lumineuses

A chaque problème, il y a une solution. Pour résoudre l'effet du prisme, en déformant les ondes lumineuses, il y a un système qui redirige la lumière. Il faut admettre que les calculs sont compliqués pour faire en sorte que la lumière se place au bon endroit par rapport à aux yeux. Diriger la lumière pour la vision est délicat parce que les rayons de lumière traversent le verre avec un certain angle, et ils doivent sortir avec ce même angle. C'est un problème tridimensionnel, donc c'est assez compliqué à résoudre.

Mais dans le monde de la science, tout est possible. Le décalage - poussant le verre plus loin dans certains endroits - s'appelle le point de « décentralisation ». Un verre décentralisé est un verre dans lequel le centre optique n'est plus le centre mécanique. Les côtés du verre sont plus épais, de sorte que les ondes lumineuses, malgré le verre courbé, peuvent à nouveau être forcées dans leur propre position. Tout l'effet de prisme qui a été causé par le verre circulaire est corrigé par cette technique, de sorte que les yeux n’ont pas à faire plus d’effort de compensation ou d’ajustement. Cela signifie que les yeux restent détendus et offrent une vue précise. Ils ne se fatiguent ou ne se fatigueront pas. Ceci est évidemment extrêmement important lors de n’importe quel entraînant et en particulier lorsque l’on patine.

Le casque de patin Omega présente des verres Aero Speed fabriqués selon les techniques les plus modernes. La visière optique épouse complètement la  tête. Elle est donc confortable et fournit un excellent champ de vision. L'objectif est décentralisé de sorte que, malgré la courbe extrême, il offre une vision périphérique maximale.